Partager sur

Journal de bord

Journal d'escale - Bolivie 2012: Un atelier enrichissant pour les nouveaux cinéastes

// Delphine Denoiseux

Au début du mois de mars, trente communicateurs du CEFREC-CAIB ont participé à un atelier de cinéma d’animation à Cochabamba, dans le cadre de l’échange CEFREC-Wapikoni mobile en Bolivie. Une occasion pour la toute nouvelle équipe de jeunes formés à Copacabana de rencontrer d’autres communicateurs du système plurinational, à travers une réalisation artistique collective. Quatre techniques d’animation artisanale ont été testées par le groupe: le découpage (technique 2D), le sable sur une table lumineuse, la création de personnage en pâte à modeler (3D) et l’animation d’objets réels et de personnages fabriqués dans un décor 3D. Ces tests ont donné lieu à quatre mini-métrages d’une minute environ. . 

«Je n’avais jamais porté attention à la différence entre le 2D et le 3D. Pour moi, c’était juste des dessins animés!» explique Nicolas Ipamo, communicateur chiquitano d’une communauté située dans le département de Santa Cruz. «Maintenant, je sais comment animer un personnage 3D et je sais que c’est possible de raconter une histoire en une minute. Il faut juste y penser très minutieusement!» . Pour Maria Eugenia Galarreta Tarqui, l’une des 18 communicatrices de Copacabana, le cinéma d’animation est un genre qui permet de rassembler beaucoup de gens autour d’une même production, sans devoir faire appel à de gros budgets de production. «C’est une technique qui fait appel à notre imagination et à ses limites. Elle nous confronte à nous-même et à notre capacité de travailler en équipe», dit-elle.

Lors de discussion de groupes, les communicateurs ont indiqué que leur travail devait traverser les frontières, qu’ils produisaient non seulement pour les peuples de Bolivie, mais aussi pour les autres nations. «Nous voulons raconter des histoires universelles pour qu’on nous connaisse à l’extérieur. Dans nos communautés, on parle de réciprocité et on dit souvent «Tu m’enseignes, je t’enseigne.» L’animation est un genre cinématographique qui nous permet d’échanger des idées de manière simple et imagée. » Lors de la clôture de l’atelier, Ivan Sanjines, directeur du CEFREC, a expliqué que la Bolivie comptait très peu d’experts en animation: «Maintenant, le système de communication autochtone de Bolivie pourra compter sur cette technique pour diversifier ses productions.»