Partager sur

Journal de bord

Le Wapikoni mobile en Bolivie: grand lancement des courts-métrages

// Frédéric Julien

Les 7 et 8 décembre 2011, à la Cinémathèque bolivienne de La Paz, a eu lieu le grand lancement des courts-métrages du projet Wapikoni mobile - CEFREC - Oxfam intitulé « Desde Nuestras Miradas » (« Avec nos regards »), aboutissement de ce projet de coopération entre les trois organismes et visant la formation de jeunes autochtones boliviens dans le domaine de l'audiovisuel.

Précédé par un important battage médiatique (entrevues sur les chaînes de télé et radio nationales et locales, répartition de 500 affiches aux quatre coins de la ville, articles dans les journaux), l'événement a attiré plus de 400 personnes au total, faisant même salle comble lors de la deuxième soirée. En plus des jeunes réalisateurs, de membres de leurs familles, du personnel du CEFREC et d'Oxfam, les soirées de projection ont attiré des dirigeants autochtones, des journalistes, des employés d'ONG ainsi que des cinéphiles en tous genres. En tout, 17 courts-métrages (entre 5 et 20 minutes) et 4 micro-métrages (environ une minute) ont été présentés à un public intéressé et enthousiaste. 

La programmation des deux soirées était répartie en six blocs thématiques: « Valorisons-nous! » sur la valorisation de l'identité culturelle autochtone; « Mémoires des peuples » abordant des tranches de l'histoire des Premières nations de Bolivie; « Destins de femmes » sur les enjeux de genre, notamment la violence envers les femmes; « Identité et culture » traitant de la transmission de la culture et de questionnements identitaires; « Protéger la Pachamama (Mère Terre) » sur des enjeux environnementaux; et finalement « Améliorer nos vies » abordant diverses problématiques sociales. Le public bolivien a pu ainsi découvrir des courts-métrages documentaires, des films d'animation, un vidéoclip et un film expérimental. « Travailler exclusivement avec des jeunes et dans des genres cinématographiques différents comme l'animation sur table lumineuse ou avec de la pâte à modeler, ce fut une expérience nouvelle pour nous », explique Abel Ticona, coordonnateur au CEFREC. Des périodes de débats ayant été prévues à l'horaire, les jeunes ont constaté avec bonheur que leurs films se prêtent bel et bien à la discussion, notamment sur l'enjeu de la préservation de l'identité, des cultures et des langues autochtones qui a donné lieu à de nombreuses interventions du public. « C'est précisément pour cette raison que j'ai réalisé mon film, pour susciter le débat » explique Stif Pizarro Estrada, réalisateur de « ¿Quién Soy? Buscando mi Identidad (Qui suis-je? A la recherche de mon identité) ». Essuyant une larme, il se dit ému d'avoir entendu, après la projection de son film, un jeune homme déclarer sa volonté d'apprendre la langue de son peuple, l'aymara.  

Alors que la première soirée s'est conclue par une remise de certificats de participation et de vestes de vidéastes professionnels aux 18 jeunes participants de la région de Copacabana, l'ensemble de l'événement s'est terminé sur une note musicale avec une performance en direct de Ronald Valda Ortiz du groupe hip hop Nación Lírica Andina, dont les chansons engagées ont fait l'objet du court-métrage « Hip hop para mi gente ». L'événement « Desde Nuestras Miradas » conclut donc sur un grand succès une première année de collaboration entre Wapikoni mobile et le CEFREC en Bolivie. Le projet est prolongé de quelques mois, le temps de diffuser les œuvres dans différentes régions de la Bolivie, après quoi tous les partenaires du projet se concerteront pour déterminer la suite à donner à leur fructueuse collaboration.