Partager sur

Journal de bord

Chili 2017 - Journal de bord 2


Le 2 février 2017, une centaine de personnes de tous âges confondus se sont rassemblées dans la communauté de Llaguepulli pour une grande projection communautaire. C'était la septième fois en autant d’années que les familles, les aînés, les jeunes, des tout-petits, des leaders politiques et spirituels des communautés mapuche de l'Aylla Rewe Budi se réunissaient dans un même espace – des fois à l'intérieur, des fois à la belle étoile – pour visionner un court-métrage créé par des jeunes cinéastes du territoire. Un des modules de l'École de cinéma et communication mapuche (ECCM) : l'Atelier de production cinématographique se réalise chaque été austral en collaboration avec le Wapikoni mobile. Après un mois de travail créatif où chacun contribue à une œuvre collective selon ses intérêts, ses connaissances et ses inspirations, l'atelier a porté fruit.

Le film que les jeunes réalisateurs ont proposé à leur territoire cette année, Pewmayiñ (Rêvons), est aussi riche en images, en sons, en émotions qu'en connaissances anciennes partagées avec tendresse et passion par des aînées qui cherchent à assurer la transmission des savoirs mapuche à la plus jeune génération. Évoquant la puissance et l'importance des rêves, le film nous transporte dans le monde des enfants qui rêvent de leur passé, de la richesse de leur culture, et de la défense de leur peuple contre la colonisation incessante. Ce sont les rêves qui amènent les enfants à chercher les connaissances anciennes auprès des aînées; cette recherche les propulse dans le rôle d'acteurs dans la continuité et la survivance de leur culture et territoire. Ce film représente parfaitement l'objectif central de l'ECCM, soit d’utiliser le cinéma comme outil pratique pour inciter les jeunes mapuche à être protagonistes dans la transmission et la revalorisation des connaissances et du mode de vie mapuche, dans la protection de leur territoire et de toutes les histoires de vie et savoirs anciens qui sont cachés entre ses collines, sur ses plages, dans ses vents.

Tout ce que fait l'ECCM obéit à l'impératif de revaloriser cette manière d'être dans le territoire. La projection communautaire est donc beaucoup plus qu'une occasion de réunir les gens pour visionner le film. C'est une occasion de valider le film auprès des familles et des dirigeants traditionnels du territoire, avant qu'il soit partagé avec le monde. C'est une occasion d'écouter les réflexions générées par le film chez les aînées, chez les parents des jeunes cinéastes, chez les enfants. Cette année, nous avons commencé par une gran nvtram (conversation) et un mixawun (partage d'aliments) pour réfléchir ensemble sur les sept ans d’histoire de l'ECCM sur le territoire de l'Aylla Rewe Budi et aux priorités dans l’avenir immédiat. Quand le soleil commençait à descendre vers l'horizon, tous sont sortis dehors où nous avons aménagé un cinéma à la belle étoile, pour regarder le film avec les pieds bien plantés sur la terre et avec une vue du lac Budi qui donne son nom au territoire.