Partager sur

Journal de bord

Une grande effervescence créative

// Ariella Orbach

Les deux dernières semaines de la 6e escale du Wapikoni mobile à l’École de Cinéma et de Communication Mapuche de l’Aylla Rewe Budi se sont déroulées dans une ambiance d’une grande effervescence créative! Ce sont 15 jeunes qui ont participé à la formation offerte par le Wapikoni. Cette dernière a pris fin vendredi 12 février avec une grande projection communautaire.

La création collective, méthode de réalisation pratiquée par l’École de Cinéma Mapuche, est un exercice de complémentarité. Chaque jeune participe au projet collectif en fonction de ses intérêts, de sa curiosité, de ses forces et de ses compétences. Plusieurs se sont lancés dans l’apprentissage des techniques d’animation avec la création de figurines en pâte à modeler et l’apprentissage du stop motion. Certains ont ainsi mis de l’avant leurs talents en dessin ou se sont essayés aux rudiments de l’animation avancée avec le logiciel After Effects. D’autres, à l’âme plus poétique, ont collaboré à l’écriture d’une narration pleine de symboles ou ont sélectionné des images qui illustrent le film en beauté. Certains ont travaillé avec une concentration admirable pour assurer le sous-titrage du contenu livré en langue autochtone; d’autres se sont même levés à 5 heures du matin pour aller à la plage et tourner des images époustouflantes du lever de soleil. Sans oublier les deux jeunes filles qui, avec beaucoup de dévouement, ont pratiqué la prononciation complexe du mapuzugun, la langue mapuche, pour livrer une narration émouvante. Et tout ça, sans mentionner la contribution fondamentale des aînés, qui ont partagé leurs connaissances et leurs expériences, celle des traducteurs qui ont aidé au sous-titrage en l’espagnol, le soutien des familles qui ont accueilli, alimenté, transporté et partagé leur quotidien avec notre grande équipe de production. Si vous vous demandiez pourquoi nos génériques sont si longs, maintenant vous avez la réponse!

Ce processus collectif, inspirant et admirable a abouti à un court métrage complexe qui aborde la façon dont les Mapuche-Lafkenche (gens de la mer) observent, perçoivent et entrent en relation équilibrée avec la mer. En même temps, le film transmet la valeur des expériences vécues des aînés comme source du savoir-vivre autochtone et, à travers le visuel et la symbolique, parle de l’équilibre entre êtres humains et environnement, homme et femme, aînés et jeunes, passé et futur. Les jeunes ont également voulu poursuivre une recherche sur l’histoire de plusieurs familles de leurs communautés, dont l’arbre généalogique a été influencé par un événement historique : le naufrage d’un navire européen sur la côte mapuche et l’intégration des femmes survivantes à la société mapuche. Un deuxième court métrage a été créé pour donner place aux récits de deux aînés sur le sujet, suite à un processus de recherche orale mené par les jeunes. Ce film a aussi offert aux jeunes l’occasion parfaite de pratiquer des techniques d’animation pour raconter cette histoire qui a eu lieu au XIXe siècle.

Le 12 février, presque 70 personnes de tous les âges se sont entassées dans une salle bondée pour voir les films et encourager les jeunes cinéastes. L’achalandage à cette projection finale témoigne de l’intérêt grandissant et continu des familles du territoire de l’Aylla Rewe Budi pour le projet d’École de Cinéma et de Communication Mapuche et de l’appui important qu’elles offrent aux jeunes participants. L’énergie de la salle nous a confortés dans l’idée que nous serons de retour l’année prochaine pour vous raconter la suite de cette belle aventure de création!

L’équipe de formation, coordination, recherche et logistique

Ariella, Juan, Iphigénie, Julio, Yvonne, Daniela, Silvia et Lihuen