Partager sur

Journal de bord

Journal d'escale - Opitciwan 2012: Une salle comble!

 L'escale se  termine à Opitciwan. Huit films furent projetés le lundi 26 mars au gymnase de l'école Niska. C'est dans une salle comble, devant plus de 350 spectateurs, que nous avons vécu ensemble des moments d'émotion. Notre animatrice, Yolande Chachai, a mené le programme de main de maître. Malgré leur gêne devant la foule énorme, les réalisateurs sont tous montés sur scène pour parler de leurs films. Des films qui ont beaucoup fait réagir le public et qui nous ont tous fait vibrer. Un moment fort de l'escale s'est produit lors d'une rencontre avec le Chef, Christian Awashish, et ses conseillers. Les réalisateurs ont ainsi eu la chance de se présenter et de discuter de leurs projets de films, chaleureusement accueillis par le Conseil. Le Chef a pris parole pour assurer un support financier aux participants qui auraient l'occasion de présenter leurs films lors de festivals à l'extérieur d'Opitciwan. . Haut les mains! . Mine de rien, une publicité efficace pour la projection s'est improvisée la semaine dernière. Le tournage de la dernière scène du film de Mackey Awashish, Mackey et sa bande frappent encore, a attiré une foule impressionnante de curieux. Les rumeurs courent encore dans la communauté à propos d'un hold-up qui aurait eu lieu au magasin, nécessitant l'intervention de quatre policiers, gyrophares, porte-voix et menottes à l'appui... Certains curieux ont tout de même pu réaliser qu'il s'agissait d'un tournage, au moment où les acteurs ont dû répéter la scène! Silence, on tourne, prise deux! Et le village de se rendre compte que les quatre garçons menottés étaient des acteurs... . . 

Un sentiment d'effervescence habitait la communauté lors des moments précédant la projection. Nous avions tous hâte de présenter le fruit de nos efforts et de notre travail. Le tout a été très bien reçu, et de nombreuses personnes nous ont signifié leur espoir de revoir le Wapikoni bientôt à Opitciwan, ayant déjà d'autres projets de films en tête. C'est le cœur rempli d'émotions que nous avons préparé notre départ, réchauffés par l'accueil de la communauté. Merci Opitciwan! . . .


.