Partager sur

Journal de bord

Lancement du projet de communication audiovisuelle autochtone au Pérou

// François Laurent

  

Au mois de décembre dernier, Oxfam, en collaboration avec Wapikoni mobile et l’organisme péruvien Chirapaq lançait le projet de communication audiovisuelle autochtone dans la province de Vilcas Huaman, situé à près de trois mille huit cents mètres dans la cordillère des Andes.  Plusieurs partenaires internationaux se sont déplacés pour l’occasion afin de rencontrer les participants Quechuas qui apprendront tout au long de l’année à manier caméra, prise de son et logiciel de montage. Étaient rassemblés pour l’événement la cinéaste et fondatrice du Wapikoni mobile, Manon Barbeau, le coopérant OXFAM et cinéaste accompagnateur en poste au Pérou, François Laurent, le conseiller exécutif général de Chirapaq, Nestor Casafranca, le responsable Chilien de la collaboration au Chili, Guido Huaiquil, ainsi que le sous-directeur du CEFREC (Bolivie) Franklin Gutuérrez. Les dirigeants Quechuas et les communicateurs autochtones de la région ont également pris part aux célébrations, faisant preuve de la plus grande hospitalité envers la délégation de représentants. La cérémonie du lancement avait tout d’un rituel Quechua traditionnel : bénédiction des équipements en présence des quatre éléments terrestres (la Pachamama, o madré tiera), incantations vocales, offrandes et gestes ancestraux. C’est sous un soleil andin puissant que nous avons tous fait le vœu de mener à bien ce projet d’une année qui conduira plusieurs escales dans autant de communautés autochtones Quechua. Ce rendez-vous au sommet aura également permis de faire l’esquisse d’un plan de développement des communications autochtones de la zone andine, renforçant les liens entre les communautés et les dirigeants du Pérou, de la Bolivie et du Chili.

L’enthousiasme était palpable sur le terrain, tant chez les dirigeants que chez les participants. Ces derniers entrevoient avec beaucoup d’ardeur la possibilité d’apprendre. Il faut dire que les opportunités en matière de cinéma au Pérou et particulièrement dans la région sont extrêmement limitées. La jeunesse Quechua est très combative et avide de connaissances. Il s’agit pour eux d’une proposition qui donne à rêver, et éventuellement, à prendre parole en s’adressant au reste du monde par l’entremise du cinéma. L’organisme Chirapaq travaille déjà depuis plusieurs années dans la région avec les communicateurs Quechuas. Au fil du temps, ils ont développé la radio communautaire pour répondre au besoin des communautés reculées en matière de communication. Avec ce nouveau projet, beaucoup d’espoir nait dans les esprits de tous. En plus du lancement, des activités d’initiation à la caméra ont pris place. 

Les ateliers ont donné lieu à de très beaux portraits documentaires improvisés, ainsi qu’à de courts exercices de fiction mettant en scène les participants eux même. Tout un chacun eut donc la chance d’expérimenter avec la caméra et d’établir un premier contact avec le médium. Conjointement aux ateliers techniques, des présentations et des projections animées par les différents représentants des organismes à vocation audiovisuelle ont aminé les rencontres avec les participants. Les futurs cinéastes ont ainsi visionné un aperçu de la production de métrages autochtones des Amériques, du nord au sud! Les idées ne manquent pas à ces jeunes Quechuas, ils attendent fébrilement que le studio ambulant visite leur communauté.

Le projet implique aussi la formation d’une communicatrice de Chirapaq, Soledad Carrasco Sanchez, qui apprendra pendant un an, aux côtés du cinéaste accompagnateur François Laurent, tous les rudiments du cinéma. Une stratégie qui vise à assurer la pérennité du projet dans le futur. Chez Chirapaq également les espoirs sont grands, on espère pouvoir créer à travers du cinéma et des courts métrages une identité Quechua forte et partager la richesse de cette culture, ses problématiques et son histoire. À l’aide d’OXFAM, Manon Barbeau poursuit ainsi son œuvre, confiante que ces nouveaux partenaires internationaux contribueront à fortifier la communauté autochtone mondiale et à affirmer la culture et la créativité des peuples de cette région du monde.