Partager sur

Journal de bord

Journal de bord 2: Wikwemikong et son histoire

// Wapikoni mobile

Aanii! 

Les tournages des films de notre escale à Wikwemikong sont à toutes fins pratiques terminés! Place au montage! Heureusement, nos participants se sont révélés très intéressés par cette étape du processus, et certains sont même aptes à travailler seuls sur leur film quand Sandrine et Sophie sont en tournage. De plus, nous avons trouvé le temps de démarrer un nouveau film avec un jeune cycliste de 19 ans, Jared, qui voulait documenter son projet de construire un parc de BMX pour les jeunes de Wiky. Et malheureusement, notre participante Naomi a dû abandonner son projet de film sur l'histoire de Wiky. Qu'à cela ne tienne! Avec toute l'information qu'elle nous a transmise sur le sujet, nous vous proposons une petite capsule historique pour ce 2e journal de bord. L'histoire de Wiky est particulière et mérite qu'on s'y attarde! 

Wikwemikong ("Baie des Castors" en anishinaabe), est une réserve non cédée de l'île Manitoulin ("Île du Grand Esprit"). L'île était autrefois considérée comme un territoire sacré pour les peuples Ojibwé, Outaouais (Odawa) et Pottawatomi, trois groupes Anishinaabe venus de la côte atlantique s'y installer en l'an 796. Les trois peuples sont encore aujourd'hui rassemblés sous la dénomination de Confédération des Trois Feux ou Conseil des Trois Feux. Les Ojibwé en font partie en tant que "grands frères" et gardiens de la spiritualité, les Outaouais en tant que "cadets" et gardiens du commerce, et les Pottawatomi en tant que "benjamins" et gardiens du feu sacré. Suite à la venue des Jésuites français en 1648, des épidémies ont rapidement décimé la population. Presque simultanément éclataient les guerres commerciales avec les Iroquois (les "Beaver Wars" ou Guerres franco-iroquoises), poussant les habitants à brûler leurs campements et fuir l'île, qui demeura ainsi inhabitée durant les 150 années suivantes. La Guerre de 1812 et Traité de Chicago de 1833 forcent l'évacuation des peuples des 3 Feux de la région du Lac Michigan, qui regagnent l'île pour s'y réfugier. En 1836, le gouvernement canadien s'entend avec les 3 Feux pour faire de l'île un refuge officiel face à l'expansion occidentale, avec le Traité de Bondhead. Mais, en 1862, le fédéral remarque la croissance démographique et le développement de l'île, et réalise le potentiel économique de ce territoire, notamment ses pêcheries fructueuses. Il décide donc de le récupérer pour y installer des colons blancs. Malgré les réticences des 3 Feux et des missionnaires jésuites, le Traité de McDougall est signé par une majorité de chefs, certains sous la menace, d'autres sous l'emprise de l'alcool. Deux bandes refusent toutefois de signer, et se réunissent sous le nom de Manitoulin Unceded Indian Reserve. En 1968, le clan de Point Grondine s'ajoute à l'amalgame, qui change son nom pour Wikwemikong Unceded Indian Reserve. Encore aujourd'hui, Wiky revendique la reconnaissance du traité de 1836 et la souveraineté des peuples de Manitoulin sur le développement du territoire.

Voilà!
Pleins de films et de nouvelles très prochainement!