Partager sur

Événement

CRÉATION ET RÉSILIENCE: Le précieux pouvoir de l'inconsolable

 

GRANDE CONFÉRENCE DU FSM

CONFÉRENCIÈRES: MAnon Barbeau, Tarcila Rivera Zea et Melissa Mollen-Dupuis 
***
DE 18H00 À 19H30

À la Société des Arts Technologiques [SAT],
1201 Boul St-Laurent, Montréal, QC H2X 2S6, Canada
***
LANGUES: Français, Espagnol avec traduction simultanée ANG-FR-ESP. 
ORGANISATEURS: Wapikoni mobile. 

*ACCESSIBILITÉ: accessible aux personnes utilisant un fauteuil roulant, ascenseur pour aller à tous les étages

* 99media.org assurera une diffusion en direct: http://www.99media.org/en-direct/c3/ 

Cet événement ayant lieu à la SAT est réservé aux 18 ans et plus.

 *** 

Comment les blessures intimes et collectives peuvent-elles engendrer et façonner des leaders?
Animées du précieux pouvoir de l'inconsolable, la militante quechua Tarcila Rivera Zea, membre élue de l'instance permanente de l'ONU sur les questions autochtones, l'Innue Melissa Mollen Dupuis, cofondatrice d'Idle no more Québec et la cinéaste Manon Barbeau, cofondatrice du Wapikoni mobile, témoignent de leur trajectoire de vie, de leur combat inlassable pour la justice sociale autochtone et partagent leurs rêves.

*** 

BIOS:

• Manon Barbeau, Fille du peintre et sculpteur Marcel Barbeau et de la poétesse Suzanne Meloche, Manon Barbeau est une enfant de Refus global, ce manifeste révolutionnaire ayant marqué l'histoire du Québec moderne. Depuis plus de trente ans, Manon Barbeau a œuvré comme cinéaste pour plusieurs organismes, notamment Télé-Québec et l’Office national du film du Canada (ONF). Elle a réalisé plusieurs documentaires et en 2003, et fondé le Wapikoni mobile en collaboration avec le Conseil de la nation Atikamekw et le Conseil des Jeunes des Premières Nations avec le soutien de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador et l’Office national du film du Canada. Manon Barbeau a été nommée Fellow Ashoka en 2009 et Officière de l’Ordre national du Québec en 2014. Elle a également reçu le prix Albert-Tessier, la plus haute récompense en matière de cinéma au Québec. Le Wapikoni a reçu le prix de l'innovation interculturelle 2014 de l'UNAOC (Alliance des civilisations des Nations Unies) et du Groupe BMW.  

• Melissa Mollen-Dupuis est innue et vient d’Ekuanitshit, sur la Côte-Nord. À travers son travail d’animatrice à Native Montreal ou pendant ses 13 ans d'animation au Jardin des Premières Nations, elle expose et partage la richesse culturelle autochtone à la communauté de Montréal. C’est à travers les arts visuels, l’animation, la vidéo, la performance et le conte, qu’elle est amenée à explorer des avenues contemporaines d’interprétation de la culture des Premières Nations. Comédienne dans plusieurs séries autochtones à la télévision, elle est aussi impliquée dans le milieu culturel et communautaire autochtone avec le Réseau pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal, le Wapikoni Mobile et Idle No More QC.

• Tarcila Rivera est la présidente de Chirapaq, un centre culturel autochtone au Pérou. Militante quéchua d’Ayacucho, Tarcila a passé plus de 30 ans de sa vie à défendre et à obtenir la reconnaissance des peuples et des cultures autochtones du Pérou. Sa contribution a mené à la création de l'Atelier permanent des Femmes autochtones des Andes et de l'Amazonie du Pérou, du Forum international des femmes autochtones, un organisme ombrelle à l’international, et le Réseau continental des femmes autochtones des Amériques. Elle a été membre du Groupe consultatif mondial de la société civile de ONU FEMMES. Récemment, elle a été élue en tant que membre de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones pour 20l7-20l9. 

À l’âge de 10 ans, Mme Rivera est devenue travailleuse domestique en échange d’un accès à l'éducation. Elle n’a appris l'espagnol qu’à l’âge de 11 ans. Elle a fondé Chirapaq en 1986, d'abord pour aider les enfants quechuas dont les parents avaient été assassinés par les guérilleros du Sentier lumineux. Elle a conduit Chirapaq à devenir une organisation de premier plan pour les droits des femmes autochtones, des enfants et des jeunes.