Partager sur

Événement

FIFEQ 2016 – Femmes autochtones et luttes sociales dans l’art cinématographique

Le 17 mars, le Festival International du Film Ethnographique du Québec vous invite à une soirée combinant cinéma autochtone et table-ronde sur le thème de l’utilisation du support-visuel comme outil de dénonciation et résistance sociale par les femmes autochtones.


La soirée débutera avec le visionnement de courts-métrages du Wapikoni mobile, sélectionnés pour leur nature revendicatrice abordant des thèmes de violence genrée, colonialisme et auto-détermination.

Trois réalisatrices du Wapikoni seront présentes pour participer à une table-ronde portant sur le thème du cinéma engagé et des enjeux liés à la violence vécue par les femmes autochtones: Mélanie Lumsden, chargée de projets pour DestiNATIONS, un organisme autochtone qui œuvre dans le développement culturel autochtone; Melissa Mollen Dupuis, présidente du Wapikoni et animatrice communautaire autochtone pour le Centre de développement communautaire autochtone de Montréal; Widia Larivière, co-initiatrice de la branche québécoise du mouvement Idle No More . 

Le public est invité à participer activement à la discussion et la table-ronde sera animée par Catherine Ego, étudiante à la mineure en études autochtones.


Les films présentés :

City Girl Rez Woman (fille urbaine, femme de reserve) de Debbie S. Mishibinijima
Escale à Kitcisakik, de Mathieu Vachon
Maskewesiwin Papiwin (La force du rire), de Jolène Chachai et Stella Chachai
Nimiseyak Bigiiwag (Sisters come home), réalisation collective de l’école
Minegoziibe
Où sont tes plumes, de Widia Larivière et Mélanie Lumsden
Tio’tia:ke, de Amanda Roy
Un nouveau souffle, Widia Larivière et Mélanie Lumsden