Partager sur

Événement

Les cinémas autochtones: affirmation culturelle et réconciliation

La conférence internationale "Les cinémas autochtones: affirmation culturelle et réconciliation" réunira des cinéastes autochtones seniors et de la relève ainsi que des organismes audiovisuels autochtones du Canada, du Chili, du Panama, de la Bolivie, du Pérou et de la Norvège, membres du réseau international de création audiovisuelle autochtone (RICAA) qui témoigneront du lien essentiel entre affirmation culturelle et réconciliation.

Les participants partageront réflexions et initiatives cinématographiques novatrices sur les façons dont s’articulent la réconciliation et les rapports à l’autre dans les processus de création cinématographiques et de décolonisation au Canada et ailleurs dans le monde. 

Un premier axe de la conférence dépeindra les expériences et les trajectoires artistiques individuelles disséminées au sein du processus de création cinématographique autochtone dans son ensemble. Rendant hommage aux pionniers et à leurs expériences, les témoignages des cinéastes autochtones d’ici et de l’étranger, et d’organismes audiovisuels feront connaître le cinéma comme outil d’affirmation culturelle et de réconciliation dans les processus de création cinématographiques, et les processus de décolonisation au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde. Ils témoignent également du lien essentiel qui unit l’affirmation culturelle et le droit à la communication, passant par l'autochtonisation des moyens de communication. 

Un deuxième axe fera connaître des réflexions et des initiatives artistiques récentes et innovantes des jeunes créateurs audiovisuels autochtones. On s’intéressera ici aux nouvelles trajectoires, stratégies et objectifs des jeunes et aux rapports sociaux, aux nouvelles façons dont s'articule l’affirmation culturelle et la réconciliation par le cinéma qu’elles font émerger. Il s’agira également dans ce deuxième axe relatif à la jeunesse et au cinéma autochtone, d’explorer les moyens de soutenir cette relève et d’atteindre leurs objectifs (allant des méthodes de création cinématographique jusqu’à l’identification des espaces de diffusion) afin que les voix des jeunes créateurs audiovisuels autochtones soient entendues dans toute leur diversité et leur créativité, en dialogue permanent avec le reste du monde. 

Une projection des films produits dans le cadre du RICAA suivra en soirée lors de la clôture du Festival Présence autochtone. 


Déroulement 

Le 10 août 2016

13h30 à 13h35: Mot d’accueil et mise en contexte Manon Barbeau, Co-fondatrice et directrice du Wapikoni Mobile, Canada 

13h35 à 13h40: Allocution d’ouverture Tarcila Rivera Zea, Fondatrice et directrice exécutive de Chirapaq, Pérou 

13h40 à 14h45: Panel 1 - Les Pionniers: génération des Sages 

  • Jeanette Paillan, Réalisatrice mapuche et directrice du festival autochtone FICWALLMAPU 
  • Ivan Sanjines, Directeur du CEFREC-CAIB (Centro de Formación y Realización Cinematográfica), Bolivie
  • Leo Koziol, Wairoa Maori Film Festival, Nouvelle-Zélande 
  • Elizabeth Weatherford, Smithsonian Institute, États-Unis 
  • André Dudemaine, Festival Présence Autochtone, Canada 

14h45 à 15h00: Questions du public 

15h00 à 16h00: Panel 2 - La Relève: génération du septième feux 

  • Odd Levi Paulsen, Producteur Sami, NUORAJ TV, Norvège 
  • Silvia Calfuqueo, Mapuche, Chili 
  • Analicia Lopez, Réalisatrice Kuna, Panama 
  • Caroline Monnet, Réalisatrice Anishnabe, Canada 
  • Jason Ryle, Fondateur du Festival ImagiNATIVE, Canada 
  • Miaskom Sipi Flamand, Réalisateur Attikamekw, Wapikoni Mobile, Canada 

16h00 à 16h25: Questions du public 

16H25 à 16H30: Mot de clôture 


Biographies 

Invitée d’honneur : 

Tarcila Riviera Zea
Fondatrice et directrice exécutive de CHIRAPAQ, Pérou 

Tarcila Rivera Zea est la fondatrice et directrice exécutive de Chirapaq, organisation pionnière qui, avec, l’appui d’Oxfam-Québec, s’approprie la méthodologie du Wapikoni Mobile et l’applique auprès de jeunes Quechua au Pérou. Leader Quechua engagée, elle a joué un rôle clé dans la reconnaissance de l’identité des peuples autochtones au Pérou et en Amérique latine. Tarcila Rivera Zea a récemment été élue à l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones. Elle fournira des conseils et des recommandations sur les politiques de développement qui affectent la vie de plus de 370 million d’autochtones dans le monde. 

HÔTE:

Manon Barbeau
Fondatrice du Wapikoni mobile et du RICAA

Depuis plus de trente ans, Manon Barbeau a œuvré comme scénariste et réalisatrice pour plusieurs organismes notamment Télé-Québec et l’Office national du film du Canada (ONF). Elle a réalisé plusieurs documentaires et en 2003, elle a fondé le Wapikoni mobile en collaboration avec le Conseil de la nation Atikamekw et le Conseil des Jeunes des Premières Nations avec le soutien de l’APQNL et l’ONF. Le Wapikoni mobile, studio ambulant de créations vidéo et musicales destiné aux jeunes des Premières Nations a produit plus de 900 courts métrages. Manon Barbeau a été nommée Fellow Ashoka en 2009 et Offici
ère de l’Ordre national du Québec en 2014. Elle a également reçu le prix Albert-Tessier, la plus haute récompense en matière de cinéma au Québec.


Conférenciers : 

Jeannette Paillan
Réalisatrice mapuche et directrice du festival autochtone FICWALLMAPU, Chili

Réalisatrice mapuche, Jeannette Paillan commence à utiliser la vidéo pour témoigner des violences faites à son peuple dans les communautés du sud du Chili. Elle est cofondatrice de la Coordinadora Latinoamericana de Cine y Communicación de los Pueblos Indígenas (CLACPI), organisme dédié à la création, au développement et à la diffusion du cinéma autochtone en Amérique latine depuis 40 ans. Elle dirige aujourd'hui le festival autochtone FICWALLMAPU qui promeut le dialogue et les relations interculturelles.

André Dudemaine
Directeur et fondateur de Festival Présence autochtone, Canada 

André Dudemaine enseigne au Département d'études cinématographiques de l'Université Concordia en plus d'être membre fondateur et directeur général de Terres en vues et directeur du festival Présence autochtone. C'est par son entremise que s'est conclu et maintenu le partenariat entre Terres en vues et le GIRA qui est depuis 2009 à l'origine du colloque Regards autochtones sur les Amériques. André Dudemaine a reçu le prix d'excellence Mishtapew de l'Association d'affaires des Premiers Peuples (2001, 2002, 2003) et le prix Jacques-Couture de l'Assemblée nationale du Québec (2002). 

Leo Koziol 
Fondateur du festival du film Maori Wairoa, Nouvelle-Zélande 

Leo Koziol est de descendance maorie et polonaise et est le fondateur et directeur du Wairoa Maori Film Festival. Ses origines maories sont Ngāti Kahungunu et Ngāti Rakaipāka. Leo Koziol s'intéresse à la mise en place de décisions et au rôle de l'activité artistique à la fois pour revitaliser un lieu et pour explorer les dimensions du récit et de l'histoire. Il a travaillé à l'international, dont six ans à San Francisco, pour l'Institut de renouvellement des ressources, fer de lance des projets durables urbains à la Nouvelle-Orléans et dans la Silicon Valley. Il a fondé le Wairoa Maori Film Festival, qui en est à sa onzième année, qui est devenu un lieu de retraite des cinéastes où ceux-ci peuvent créer des réseaux et des partenariats solides. 

Ivan Sanjines
Activiste social, producteur et réalisateur, Bolivie

Ivan Sanjines dédie son travail au développement des communications autochtones et interculturelles. Il est le fondateur du Centro de Formación y Realización Cinematográfica (CEFREC), à La Paz (Bolivie). Le CEFREC travaille avec la Coordinadora Audiovisual Indígena Originaria de Bolivia (CAIB) afin de produire les premiers documentaires et les premières œuvres de fiction de réalisateurs autochtones boliviens. En 2001, il a été le fer de lance de la création d’une radio et d’une télévision régionale, Norte La Paz, la première chaîne autochtone du pays. Il est Fellow Ashoka depuis 1999, a reçu le Bicentennial Award of La Paz (2009) et un prix d’excellence pour l’ensemble de son travail de la chambre des députés de la province du Chaco de l’Argentine. Il est en ce moment membre du conseil d’administration du Bolivian Cinema Foundation et du conseil des gouverneurs du Wapikoni mobile. 

Elizabeth Weatherford 
Directrice du Centre du cinéma et de la vidéo au NMAI à New York 

En 1979, Elizabeth Weatherford a organisé le premier festival de film et de vidéos des Premières-Nations pour le Musée des Indiens d'Amérique, qui est devenu le Musée national des Indiens d'Amérique (NMAI) du Smithsonian en 1989. Elle a également été co-fondatrice du Native Cinema Showcase, qui se tient chaque année au cours du marché indien à Santa Fe, au Nouveau-Mexique. Elizabeth Weatherford est actuellement la directrice du Centre du cinéma et de la vidéo au NMAI à New York. Avec plus de 40 ans d'expérience dans le milieu du film, elle continue à créer des projets et aider les cinéastes autochtones à travers le monde. Le Film and Video Center (FVC) est devenu le premier centre des arts médiatiques autochtones, en 1981. Celui-ci se concentre sur les productions par et sur les peuples autochtones du Nord, d'Amérique du Sud, du cercle arctique, des régions du Pacifique et centrale, etc. Il a montré près de 2000 œuvres et a accueilli des centaines de responsables des médias pour discuter de leurs productions avec les autres cinéastes et le public à travers ses festivals, ses cinéma vitrines, son programme quotidien et spécial sur place, ses tournées nationales et internationales de films et de vidéos et ses réseaux autochtones d’ateliers professionnels pour les cinéastes et les jeunes autochtones dans les médias.

Silvia Calfuqueo 
Agente culturelle

Silvia Susana Calfuqueo Lefio est mapuche, un peuple autochtone d’Amérique du Sud. Enseignante du primaire, Silvia est mariée et a trois enfants. Elle est retournée dans sa communauté, sur le territoire Mapuche Lafkenche du lac Budi - le seul lac d'eau salée en Amérique du Sud – afin de vivre avec sa famille, en paix et en harmonie avec son environnement, et pour renforcer la connexion de ses enfants à leur identité mapuche, la langue et la spiritualité. Silvia contribue par ses compétences et ses connaissances techniques, culturelles et sociales à diverses initiatives sur son territoire. Elle collabore actuellement à un projet d’économie communautaire durable et fait partie d'un groupe d’artisanes. Elle enseigne le mapuzugun (la langue mapuche) aux élèves de l'École de cinema et de communication mapuche de l'Aylla Rewe Budi. Le travail de Silvia est enraciné et nourri par la connaissance, la sagesse et la pensée mapuches. Elle voit à la fois un défi et une nécessité de partager ce mode de vie qui subsiste encore. Elle pense que ce dernier peut se poursuivre si les Mapuches trouvent le moyen de valider, de positionner et d’aimer leur peuple et si nous apprenons tous à comprendre, respecter et apprécier ceux qui continuent d’adopter les modes de vie ancrés dans cette culture.

Miaskom Sipi Flamand
Réalisateur, danseur traditionnel et activiste social 

Miaskom Sipi, qui signifie « Passage de deux rivières », est originaire de la communauté de Manawan, le pays des Atikamekw-Nehirowisiw. Avant tout, il est un danseur de pow-wow, activiste et grand défenseur des peuples des Premières Nations. Notamment, il a été porte-parole pour le Réseau Jeunesse des Premières Nations pour un mandat de deux ans. Sipi Flamand est présentement étudiant en sciences politiques à l’Université Laval. Il est très important pour Sipi de s’impliquer dans sa communauté et selon lui, la transmission des connaissances traditionnelles est un élément fondamental pour la sauvegarde de l’identité amérindienne de même que pour mieux se défendre face à la société dominante.

Analicia Lopez 
Réalisatrice, Panama 

Née dans la communauté de Pintupe, au sein de la comarca Kuna de Madungandi, cette jeune réalisatrice a vécu dans la ville de Panama jusqu’à ses 16 ans. Elle a participé à un film du Wapikoni pour la première fois en 2015. Bien qu’elle ait passé sa jeunesse dans la capitale panaméenne, elle vit maintenant dans sa communauté, où réside une grande partie de sa famille. Analicia est passionnée par la tradition, la musique et la culture Kuna tout autant que celles des nouveaux endroits qu’elle découvre ou envisage de visiter. 

Odd Levi Paulsen
Producteur et directeur chez NuorajTV, Norvège 

Odd Levi Paulsen est producteur de films sami de Norvège. Depuis 2011, il gère NuorajTV (ce qui signifie TV Jeunesse), une maison de production qui se concentre sur la cinématographie au sein de la culture sami en Norvège. NuorajTV aspire à être la référence en ce qui concerne la diffusion de la culture sami dans le milieu du cinéma et de la télévision sur Internet. Odd a produit, à ce jour, quatre courts métrages, un vidéoclip et des émissions Web pour la jeunesse sami, tous diffusés sur NuorajTV. Plusieurs de ses films ont été montrés lors de festivals à travers le monde. Il travaille actuellement à la production de longs métrages inspirés d'histoires du nord de la Norvège. 

Caroline Monnet 
Artiste multidisciplinaire 

Caroline Monnet est une artiste multidisciplinaire de l’Outaouais, Québec. Elle travaille autant en cinéma qu’en vidéo, peinture, installation et sculpture pour communiquer des idées complexes qui entourent les notions d'identité autochtone et de réalité biculturelle. Ses œuvres ont été présentées notamment au Palais de Tokyo (Paris), Haus der Kulturen (Berlin), Sundance (Park City), TIFF (Toronto), Aesthetica (UK), Festival de Cannes (Not short on Talent), Plug In ICA (Winnipeg), Musée McCord, Arsenal (Montréal) et Musée d’Art Contemporain de Montréal. Sa plus récente exposition Dans l'ombre de l’évidence est actuellement présentée à Axenéo7 (Gatineau). Monnet detient un BA en communication et en sociologie de l'Université d'Ottawa et de l'Université de Grenade (Espagne). Elle vit à Montréal où elle est l'artiste en résidence à Arsenal Art contemporain. 

Jason Ryle 
Programmateur, scénariste et cinéaste de Toronto 

Jason Ryle siège au conseil d’administration de l’organisme VTAPE, l’un des plus importants distributeurs de vidéo indépendants au Canada. Il est présentement le programmateur du festival de cinéma canadien ImagineNATIVE et MEDIA ARTS. Il écrit pour le Smithsonian Institute et plusieurs publications en Amérique du Nord. 

Animateur :


Charles Bender 
Comédien et animateur, Canada 

Charles Bender a été présentateur d’une série documentaire de Radio-Canada qui aborde la question autochtone contemporaine, Le 8e feu. Après sa nomination aux Gémeaux à titre d’animateur de l’émission jeunesse C’est parti mon tipi, Charles Bender a été remarqué sur le réseau de télévision des Premières Nations APTN. Il incarne le rôle principal de la nouvelle série de fiction Les Sioui-Bacon (APTN). Sur les planches, il compte déjà plusieurs collaborations avec la compagnie de théâtre Ondinnok.