Partager sur

Nouvelle

14e ÉDITION DU LANCEMENT ET REMISE DE PRIX

« Si le public montréalais est invité à découvrir cette œuvre pleine d’humour intitulée Ka Ussi-Tshishkutamashuht (les débutants), il sera plongé dans une réalité fort différente avec le film d’Élisa Moar, une Atikamekw de Manawan. Son projet, Kenin, s’inscrit dans la foulée du mouvement #moiaussi même si la jeune femme réfléchissait à la façon de raconter son histoire depuis plusieurs années. »  - Citation de l’article Wapikoni mobile, l’art au service des transformations sociales par Anne-Marie Yvon, ICI RADIO CANADA ESPACES AUTOCHTONES

Le lancement annuel de la sélection 2018 des courts métrages du Wapikoni a eu lieu au Cinéma Impérial le mercredi 10 octobre dans le cadre du Festival du nouveau cinéma.

Douze cinéastes issus de sept communautés étaient présents à cet événement prisé par les cinéphiles montréalais et montréalaises. Devant un auditoire de plus de 450 personnes, 13 courts métrages ont été projetés avec en primeur un extrait d’une production en cours réalisée lors d’une escale auprès des Bédouins en Jordanie et en territoire palestinien et supervisée par deux cinéastes mentors du Wapikoni, Guillaume Collin et Mathieu Laprise, dans le cadre d'un projet en partenariat avec Oxfam-Québec et Taghyeer

Plusieurs prix ont été remis lors de la 14e édition du lancement. La cinéaste Vicki Aylestock, une jeune femme de 28 ans de la communauté Mashteuiatsh, a reçu le Prix de l’implication de La Fabrique culturelle Télé-Québec. Ce prix est remis à une participante ou un participant du Wapikoni qui s’est particulièrement démarqué par son engagement durant les ateliers.

Nikanite (Continue d'avancer) est le premier court métrage réalisé par Vicki en collaboration avec le Wapikoni. Elle y présente ses deux principales sources d’inspiration : sa fille Maëva et sa mère Carole, qui l’ont encouragée à ne jamais abandonner et à poursuivre un avenir meilleur. À travers son film, la cinéaste nous fait également part de son expérience de persévérance scolaire. Elle nous explique sa réalité de jeune mère, les difficultés rencontrées ainsi que ses motivations qui l’ont amené à continuer d’avancer.

Le Prix de l’implication La Fabrique culturelle Télé-Québec a été remis par Sophie Dufort, directrice générale des médias numériques et des régions, à la cinéaste Vicki Aylestock.
© Mario Faubert

Suite à la projection, le public a été invité à voter pour son coup de cœur. Le deuxième place pour le Prix du Public Bell Média a été remis à Derius Matchewan Papatie, jeune de 11 ans de la communauté Kitiganik, pour son film My Favourite Food is Indian Tacos, My Favourite Drink is Iced Tea and My Favourite Thing is Drumming.

Remise du Prix du Public Bell Média par le directeur principal de la programmation, Jean-Pierre Laurendeau, au jeune cinéaste Derius Matchewan© Mario Faubert

La première place, quant à elle, a été remise à Rachel, Béatrice et Gisèle Mark – trois sœurs innues résidantes d’Unamen Shipu dans la Côte-Nord – pour leur documentaire Ka Ussi-Tshishkutamashuht (Les débutants).

En avant plan : Rachel Mark (l’une des trois récipiendaires avec Béatrice et Gisèle Mark) du Premier Prix du public Bell media et Jean-Pierre Laurendeau
© Mario Faubert