Partager sur

Nouvelle

L'oeuvre utile du Wapikoni mobile

Écouter l'entrevue audio à l'émission C'est bien meilleur le matin avec l'intervenante jeunesse Maude Calvé-Thibault de l'escale d'Opitciwan

Depuis trois ans, l'intervenante communautaire du Wapikoni mobile Maude Calvé-Thibault fait escale deux fois l'an à Opitciwan, en Haute-Mauricie. Cette année, une quarantaine de jeunes vont chaque jour à la roulotte pour travailler sur leur projet, neuf courts métrages. Une belle illustration de l'engagement, de l'assiduité et de l'appropriation des outils de création de la part des jeunes Autochtones. Robert Frosi lui a demandé comment on réagit, sur place, à la fin possible du programme.

Il y a deux mois, on apprenait que l'organisme, qui permet à de jeunes Autochtones de s'initier au cinéma dans leur communauté, était en péril. Le ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences du Canada a refusé au Wapikoni mobile une subvention de près d'un demi-million de dollars. Depuis, l'organisme à but non lucratif fait des pieds et des mains pour assurer sa survie, mais n'a toujours pas trouvé de solution.