Partager sur

Nouvelle

MANON BARBEAU NOMMÉE À L’ORDRE DU CANADA

 

Manon Barbeau et son Excellence Julie Payette.
Photo: Sgt. Johanie Maheu, Rideau Hall © BSGG, 2017

Le Wapikoni mobile est très fier d’annoncer la nomination de sa co-fondatrice et directrice générale, Manon Barbeau, à l’Ordre du Canada, la plus prestigieuse distinction honorifique civile au pays, qui reconnaît des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. La cérémonie de remise des prix a eu lieu le 17 novembre à 10 h au Rideau Hall.

Manon Barbeau compte parmi les 22 personnalités du Québec honorées par le gouvernement en 2017. « Je suis touchée par cette reconnaissance du travail accompli tout au cours de ma vie auprès des exclus, des populations vulnérables et, plus particulièrement, auprès des autochtones au cours des 15 dernières années. Puisse cet honneur rejaillir sur eux et contribuer à mettre en lumière le talent et la richesse culturelle de ces peuples trop longtemps invisibles, » souligne madame Barbeau.

« Je suis ravi de souligner les réalisations de ces nouveaux récipiendaires de l’Ordre du Canada. Les personnes qui figurent sur la liste d’aujourd’hui sont véritablement inspirantes, car elles ont contribué à édifier la nation avertie et toujours plus bienveillante à laquelle nous sommes, en tant que Canadiens, si fiers d’appartenir. Rendons hommage à ces personnes remarquables aujourd’hui et tous les jours! » déclarait Son Excellence le très honorable David Johnston, gouverneur général du Canada à l'époque de l'annonce des lauréates et lauréats.

Manon Barbeau fait partie du paysage audiovisuel québécois depuis plus de trente ans. Réalisatrice et scénariste, elle a travaillé à de multiples émissions, dont la série très primée Le club des 100 watts. À l’Office national du film, elle réalise, en 1998, le percutant documentaire Les enfants de Refus global. L'année suivante, elle a réalisé L'armée de l'ombre, où elle donne la parole à de jeunes marginaux. Puis ont suivi d’autres films faisant également une place aux exclus. En 2004, Mme Barbeau a co-fondé le Wapikoni mobile avec le Conseil de la Nation Atikamekw et le Conseil des jeunes des Premières Nations du Québec et du Labrador, un studio ambulant de formation et de création audiovisuelle destiné aux jeunes Autochtones qui y ont réalisé près de 1000 films.  En 2007, Manon Barbeau crée Musique nomade, le petit frère du Wapikoni qui œuvre en production et promotion musicale auprès des auteurs-compositeurs-interprètes du Québec et du Canada, et en 2014 le RICAA premier réseau International de Création audiovisuelle autochtone qui réunit 50 membre de 18 pays. Ces initiatives poursuivent leur chemin en tant que puissants instruments de développement humain et culturel pour les premiers peuples au Canada et à l’internationale. Le Wapikoni est un partenaire officiel de l’UNESCO.


Photo: Sgt. Johanie Maheu, Rideau Hall © BSGG, 2017